Copywriter : un métier qui a de belles perspectives d’avenir

Copywriter : un métier qui a de belles perspectives d’avenir

Il existe certains métiers dont on croise souvent les intitulés lors des recherches d’emploi sur le net (notamment quand on cherche des missions de freelance), et dont les gens peinent à saisir la finalité. Copywriter, ou ghostwriter si vous préférez, appartient à cette catégorie — pourtant il s’agit d’un poste de choix lorsqu’on parle de créativité, de stratégie de contenus ou de marketing. Voyons ce qu’il en est.

En quoi consiste le métier de copywriter ?

En dépit de ce que l’on pourrait croire parfois en associant le copywriting au webmarketing comme c’est souvent le cas aujourd’hui, il ne s’agit pas d’une discipline née avec l’avènement du digital. On en retrouve des traces dès les années 1950 — c’est dire ! S’il n’existe aucune définition exacte du terme, on peut néanmoins y attacher plusieurs caractéristiques essentielles, et qui valent peu importe le domaine où le copywriter officie (entreprise ou industrie le plus souvent).

Si le rôle varie, on peut néanmoins affirmer qu’un copywriter (dit aussi ghostwriter) est un professionnel qui use de l’art et de la science de convaincre autrui grâce à un usage adapté des mots. N’allez pas crier à la manipulation pour autant : en matière de publicité, il s’agit plutôt d’une façon intelligente de viser juste et de toucher sa cible le plus efficacement possible, par le seul intermédiaire du langage. Pour cette raison, on considère souvent ce métier comme une sous-discipline du marketing, particulièrement sur le web où l’écrit est prépondérant. Un e-commerçant désireux de dynamiser la conversion de ses pages ou son tunnel de vente (stratégie inbound) a par exemple tout intérêt à s’offrir les services d’un bon copywriter pour développer son chiffre d’affaires.

Copywriting 2021 et webmarketing

Le copywriting se distingue de la rédaction web classique en ce qu’il ne mise pas sur le SEO (le référencement naturel) pour parvenir à ses fins. Il s’agit avant tout de favoriser l’émergence d’un lien émotionnel avec le lecteur, afin de l’inciter à agir d’une certaine manière. Prenez les injonctions « Réaliser un achat » ou « Participer à un évènement » ; cela n’a l’air de rien, mais, placées au bon endroit, elles invitent n’importe qui à agir en ce sens, avec une simplicité déconcertante.

Qu’il s’agisse de rédiger pour des magazines et des journaux comme c’était le cas au début de cette discipline ou pour internet, comme c’est le cas majoritairement à l’heure actuelle, la mission demeure la même : susciter l’envie du lecteur de s’offrir l’objet dont on évoque les qualités grâce à quelques centaines de mots bien sentis.

Ghostwriter : à mi-chemin de l’art et de la science

La communication humaine offre de nombreuses facettes, qui tiennent autant des domaines scientifiques (on pense notamment aux neurosciences appliquées au marketing) et à l’art, puisque le lange est une façon figurée de représenter et évoquer la réalité qui nous entoure.

Lorsque l’on part du principe que le langage est un art subtil, dont la poésie exprimerait certainement le summum, on saisit à quel point le copywriting est une pratique dépourvue de réponses automatiques, toutes faites ou corsetées. Il faut de la sensibilité et de la compréhension pour user des bons mots au bon moment, les agencer de la meilleure façon qui soit, capable de faire mouche sans coup férir. Sans créativité, il serait illusoire de prétendre y parvenir.

Quant à l’aspect scientifique, il repose sur des méthodologies qui s’appuient en grande partie sur les biais humains décrits par la psychologie comportementale. Tout ce qui a fait ses preuves est décortiqué pour en comprendre le fonctionnement et le réutiliser à bon escient. Ainsi, s’il existe des milliers de façons de raconter une histoire, il en existe seulement quelques-unes capables d’emporter l’adhésion du public, voire de le pousser à agir comme on l’entend.

Quelle formation et quelles qualités pour travailler comme copywriter ?

Soyons honnêtes, il n’existe aujourd’hui aucun cursus de formation officiel pour détenir le titre de ghostwriter ou de copywriter. Rien en tout cas de reconnu ou qui mérite d’être mentionné. En l’occurrence, c’est à la fois une chance et un malheur pour celles et ceux qui désireraient. En effet, cela signifie qu’il s’agit de compétences rares à développer en autodidacte, pour lesquelles la concurrence est relativement réduite en France. Cela ouvre de belles perspectives pour les personnalités talentueuses capables de se démarquer grâce à la valeur associée à ces skills.

Comment s’autoformer pour devenir copywriter

La première chose à savoir est qu’il faut lire énormément pour prétendre savoir écrire. Les nuances de styles nécessitent d’être connues avant d’être maîtrisées, c’est pourquoi il faut goûter à tous les domaines pour disposer de points de comparaison et identifier quel sera le bon terme à employer. En prime, cela développera une culture générale utile, ainsi que des références sur lesquelles vous appuyer dans vos choix, surtout si vous devez en débattre avec un client. Un à deux livres par semaine semble un objectif minimal à viser.

Pour exceller dans le métier de copywriter, il faut être capable de rédiger beaucoup, de façon quotidienne. Pour y parvenir, mieux vaut s’entraîner et s’habituer à tenir certaines cadences, faute de quoi vous aurez du mal à tenir la distance sur la durée. Partez du principe qu’être en mesure de « pondre » 1 000 mots quotidiens est un minimum requis. En déployant progressivement une routine d’écriture sur de nombreux sujets, vous affinerez votre maîtrise des codes du copywriting 2021.

L’étape suivante est indispensable si vous désirez percer dans ce métier : exposer votre travail afin de le valoriser. Pour décrocher un emploi dans le marketing digital, le mieux reste en effet d’avoir du matériau à montrer. Lancez-vous un défi technique, comme un podcast ou un blog, puis faites décoller ses performances. Vous gagnerez en crédibilité : qui croira que vous êtes un copywriter professionnel si vous n’avez jamais publié d’article sur le web ? Disposer de preuves tangibles est un mal nécessaire, que vous pouvez rendre fun si vous abordez des thématiques qui vous plaisent.

Enfin, il s’agira de vous spécialiser dans un type de contenus spécifiques, comme le SEO ou le content marketing. Plus vous serez pointu dans un domaine, une niche thématique ou technique, moins vous aurez de concurrence potentielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *