Comment remplir un chèque correctement ?

Comment remplir un chèque correctement ?

Si le chèque a pratiquement disparu dans des pays tels que l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas, il fait encore de la résistance en France. La preuve : notre pays affichait 72 % des chèques émis dans l’Union européenne en 2017. À l’ère où la carte bancaire est reine, les Français restent attachés à ce petit carnet. Malgré sa mort annoncée, le chèque a donc encore de beaux jours devant lui.

Zoom sur l’origine du chèque

Pour la petite histoire, le chèque serait apparu en Inde entre 321 et 185 av. J-C. sous le nom d’adesha. D’autres versions affirment qu’il aurait été inventé par les Romains vers 532 avant notre ère. La plupart des historiens s’accordent à dire que le premier « vrai » usage du chèque remonte au début du XVIe siècle au Pays-Bas. Des marchands ou négociants avaient préféré confier leur argent à des caissiers par sécurité. En retour, ces derniers acceptaient de régler leurs dettes en prélevant des fonds sur leur compte conformément à un ordre écrit.

Le chèque s’est réellement démocratisé outre-manche au XVIIIe siècle. La banque d’Angleterre détenait alors le monopole des billets de banque. Faute de liquidités, les banques privées anglaises avaient conçu un moyen de paiement écrit pour leurs clients. En France, l’ancêtre du chèque est le « mandat blanc », mais il ne servait qu’à retirer de l’argent auprès de la Banque de France. Il a fallu attendre 1865 pour que le chèque devienne un instrument de paiement dans le pays.

Le chèque est un bon de paiement qui donne l’ordre à une banque de prélever une somme d’argent sur le compte de son titulaire au profit d’un bénéficiaire. Dans le jargon bancaire, l’émetteur du chèque est appelé tireur et l’établissement financier : le tiré. Le bénéficiaire ou porteur peut être le tireur ou un tiers. Il peut encaisser le montant en espèces sur présentation du document au guichet de la banque ou en le déposant sur son compte en banque.

Le chèque est valide pendant 1 an et 8 jours à compter de sa date d’émission. Contrairement aux effets de commerce que sont la lettre de change et le billet à ordre, la provision doit être suffisante pour permettre un règlement à tout moment pendant ce délai imparti. Un chèque sans provision, appelé aussi chèque en bois, expose à une interdiction bancaire et à un fichage pendant 5 ans à la Banque de France – voire une amende jusqu’à 375 000 € et 5 ans d’emprisonnement.

Quelles sont les différentes sortes de chèques ?

Malgré la concurrence du paiement en espèces et de la carte bancaire, le chèque reste une valeur sûre pour plusieurs raisons. Il est plus pratique – et léger – que l’argent liquide, plus fiable et ne nécessite ni code, ni cotisation annuelle. Il est également réversible, car vous pouvez immédiatement faire opposition en cas d’erreur.

Il existe plusieurs types de chèques :

  • Le chèque de banque : est considéré comme une garantie de paiement. La banque émet un chèque à la demande de son client, bloquant la provision dans un de ses comptes pendant toute sa durée de validité – un an et 8 jours. Dans ce cas-ci, l’établissement financier devient le tireur.
  • Le chèque certifié : reprend le principe du chèque de banque, sauf que la garantie de provision est réduite à 8 jours. À l’issue de cette période, il redevient un chèque ordinaire.
  • Le chèque en blanc : est émis sans mention du nom du bénéficiaire ni du montant à encaisser.
  • Le chèque visé : est tamponné par la banque afin de confirmer que la provision est disponible le jour de son émission. Cela n’induit pas que les fonds ont été bloqués, à l’instar du chèque de banque.
  • Le chèque barré : qui ne peut être encaissé que sur le compte bancaire du bénéficiaire. Il n’est ni payable à vue ni endossable.
  • Le chèque non barré : échangeable au guichet de la banque contre espèces. Il est endossable, c’est-à-dire que le bénéficiaire peut le donner à un tiers en guise de paiement.
  • Le chèque de voyage : émis par une banque. Il est encaissé sous forme de devises auprès d’un autre établissement situé dans un pays étranger.

Comment remplir un chèque ?

Ne vous fiez pas aux apparences, remplir un chèque n’est pas aussi simple que cela en a l’air. Il faut être attentif, car la moindre erreur comme une faute d’orthographe ou une information manquante peut compromettre le paiement. Un chèque raturé est aussi automatiquement rejeté. N’oubliez pas que des frais peuvent être portés au débit de votre compte en cas d’anomalie.

Faire un chèque

Il y a plusieurs raisons d’utiliser un chèque : régler la facture d’un commerçant, faire un don à une œuvre caritative ou encore le glisser dans une enveloppe en guise de cadeau à un proche.

Si vous n’avez pas encore fait de chèque, suivez les différentes étapes ci-dessous pour vous aider à le libeller. Vous remarquerez que le document contient déjà des mentions comme :

  • La dénomination « chèque » ;
  • Le numéro du chèque ;
  • L’ordre de payer («Veuillez payer à l’ordre de…. ») ;
  • Votre nom (en tant qu’émetteur), votre adresse et votre numéro de compte ;
  • Le nom de votre agence bancaire.

Prenez un stylo bleu ou noir, puis donnez les informations suivantes de manière lisible :

  • Le montant à payer en chiffres et en lettres ;
  • Le nom et le prénom du bénéficiaire : vous ou un tiers. N’écrivez rien s’il s’agit d’un chèque au porteur ;
  • Le lieu et la date d’émission du chèque ;
  • Votre signature, qui doit être conforme à celle que vous avez apposée sur le spécimen de signature gardé par la banque.

N’oubliez pas de compléter le talon ou souche – la partie non détachable du chèque. Même s’il est facultatif, il peut vous être d’un grand secours pour retrouver les références ou le motif d’un paiement.

Encaisser un chèque

Vous souhaitez encaisser un chèque en échange de liquidités ? Il vous faut l’endosser ou l’acquitter, c’est-à-dire inscrire au dos du document votre nom, la date et votre signature puis le présenter au guichet de votre banque. Pour transmettre un chèque non barré à un tiers, il est indispensable d’écrire « endossé à l’ordre… » et renseigner l’identité et l’adresse du nouveau bénéficiaire.

Si vous souhaitez recevoir les fonds dans votre compte, vous devrez alors effectuer une remise de chèque. Munissez-vous d’un bordereau de remise de chèque et indiquez les informations suivantes :

  • Votre nom et votre prénom ;
  • Le numéro de compte à créditer ;
  • L’identité du tireur ;
  • Le montant de la remise de chèque ;
  • Le nombre de chèques ;
  • La date de la remise et votre signature.

La banque vous fournira un doublon à la remise du chèque afin de certifier sa bonne réception.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *