Présent dans le paysage industriel depuis plus d’un siècle, le Symop (Syndicat des Machines et Technologies de Production) représente deux cent quatre-vingt entreprises adhérentes qui partagent les mêmes objectifs et principalement celui de porter le message d’une industrie propre, numérisée et porteuse d’avenir. Membre de la FIM (Fédération des Industries Mécaniques) et premier adhérent fondateur de l’Alliance pour l’Industrie du Futur, l’organisation professionnelle multiplie les actions terrains pour participer au développement économique des acteurs de la profession à l’individuel et de la branche industrielle dans son ensemble.

Consulter la fiche signalétique

Entretien avec Monsieur Jean Tournoux, délégué général du Symop.

symop sous traitance made in franceECHOS-INDUSTRIE : Monsieur Jean Tournoux, le Symop est un syndicat. Qui ont vocation à être vos adhérents ?
Monsieur Jean Tournoux : Toute entreprise, quelle que soit sa dimension, et dont l’activité entre dans un des douze secteurs regroupés au sein de l’organisation professionnelle. Je
profite de l’occasion de votre question pour insister sur la terminologie. Le terme syndicat est utilisé de façon un peu trop générique à mon goût.
Il peut induire en erreur sur la notion et la fonction du Symop qui, au contraire des syndicats, n’a pas d’action militante en droit du travail.
Pour ma part, je préfère parler d’organisation professionnelle dont l’action est apolitique et ouverte à tous les entrepreneurs, quels que soient leurs idées ou courants de pensée.
L’œuvre du Symop est de réunir les acteurs de la branche industrie, pour porter un message global au public et une réflexion d’ensemble qui finira par porter ses fruits à l’individuel pour l’industrie en France.

ECHOS-INDUSTRIE : Quels sont les actions les plus récentes qui peuvent illustrer le bénéfice collectif de la profession ?
Monsieur Jean Tournoux : Notre action collective a plusieurs axes et est destinée à renforcer l’industrie française tant en interne qu’à l’international. Par ailleurs, au-delà du renforcement de l’industrie nous avons beaucoup œuvré à une amélioration de l’image des métiers de
l’industrie.
Trop souvent, nos adhérents nous relatent des difficultés à embaucher par manque de formation des jeunes. Il nous tient à cœur de redonner à l’industrie ses lettres de noblesse.
Contrairement à l’image que l’on s’en fait, l’industrie est propre, le travail se fait sur machines à commandes numériques et surtout il est vraiment porteur d’avenir.
La branche de l’industrie est une branche qui embauche et où les salaires y sont plus élevés que ceux de la moyenne nationale. Dans le secteur industriel, le taux horaire minimum est de 40 € de l’heure ! Nous avons donc mis en place une campagne de communication auprès de l’éducation nationale et des jeunes avec qui il faut savoir parler le même langage pour adresser ce message.
C’est ce que l’on peut voir notamment, dans une série de clips tournés avec John Rachid.
De plus, nous avons fait mettre en place le dispositif de suramortissement. C’est l’organisation professionnelle qui s’est battue pour faciliter les investissements dans les entreprises. Cette mesure a permis aux entreprises d’obtenir un suramortissement de 40 % réparti sur la durée du bien d’utilisation. Elle devrait être en vigueur jusqu’à la fin de 2017.
Plus les entreprises françaises s’équipent, plus elles sont performantes et gagnent en rentabilité.
C’est donc une disposition qui impacte l’emploi par ricochet, en le favorisant. Finalement, elle aura bénéficié à tous les acteurs industriels, qu’ils aient été adhérents ou pas. C’est d’ailleurs un peu dommage qu’ils n’aient pas participé à porter le message de la profession au travers du Symop.

symop structure
ECHOS-INDUSTRIE : Comment expliquez-vous que certaines entreprises ne soient pas adhérentes ?
Monsieur Jean Tournoux : Tout d’abord, adhérer à une organisation professionelle est un projet d’entreprise qui nécessite une réflexion de base, à savoir quels outils l’entreprise
veut utiliser du syndicat ; où veut-elle aller… En pratique, je pense que les entreprises ne sont pas adhérentes principalement par manque de connaissance de ce que nous apportons aussi à l’individuel.

ECHOS-INDUSTRIE : Justement, parlons-en !
Monsieur Jean Tournoux : Le Symop a divers services internes qui peuvent tous, à un moment où l’autre de l’entreprise, être utiles à l’adhérent.
Nous avons notamment un service achat, un service juridique, un service des relations internationales… L’intérêt pour une entreprise d’adhérer va être de bénéficier d’outils lui permettant de comprendre le marché.
C’est aussi un lieu de rencontre des concurrents, de conception des stratégies de développement, basées sur les expériences communes.

Les entreprises qui travaillent dans le secteur industriel ont 60 % de leur chiffre d’affaires qui se réalise à l’export et certaines 80 %. C’est dire que les possibilités de développement sont énormes et qu’il ne faut pas craindre de rencontrer ses concurrents au sein du Symop.
Au contraire, c’est une occasion en or d’avan-cer. D’ailleurs, en tant qu’organisation professionnelle, nous avons plus de facilités pour soutenir nos adhérents dans leur politique de conquête de l’export. De fait, la cotisation de base comprise entre 2000 et 6000 € selon la dimension de l’entreprise est vite amortie !
Nous prenons contact avec les ambassadeurs de pays où les acteurs industriels français adhérents pensent pouvoir prospérer.

symop machine industrieNous organisons des meetings avec les interlocuteurs locaux indispensables.
Le Symop c’est donc bénéficier d’une porte ouverte sur un réseau qu’il paraît difficile de réaliser à l’individuel.
De plus et ceci n’est pas négligeable, nous fournissons du conseil juridique auprès de nos adhérents et les soutenons en cas de problématique d’impayés de leurs clients.

En résumé, adhérer au Symop c’est intégrer un réseau, bénéficier de conseil et d’accompagnement et s’ouvrir à de nouvelles pers pectives de développement, de réflexion stratégique…

C’est aussi et surtout participer au développement de l’Industrie française.
En d’autre termes, c’est œuvrer à la participation d’un projet global en faveur de l’Industrie, valorisé à l’individuel…

Fiche signalétique

symop-logo

DIRECTION GÉNÉRALE
Délégué général : JEAN TOURNOUX. j.tournoux@symop.com
Tél. 01 47 17 63 85 • Fax : 01 47 17 67 25
Assistante : KARINE LANOIS. k.lanois@symop.com
Tél. 01 47 17 67 20 • Fax : 01 47 17 67 25