La Belgique, à l’image de la France, présente un marché mûr où tous les secteurs de l’économie sont développés. Il n’existe pas de corrélation entre la part que représente un secteur dans l’économie et les opportunités qu’il offre à un entrepreneur français. Une société peut rencontrer davantage de succès dans une niche au sein d’un secteur en relatif déclin comme la sidérurgie qu’en tentant de pénétrer un secteur important tel que la distribution où les acteurs présents sont bien installés et où il règne une concurrence féroce.

S’inscrire gratuitement sur l’annuaire de la sous-traitance industrielle

economie belge

Industrie chimique et biotechnologie
La Belgique est un des grands acteurs de l’industrie chimique mondiale. Les productions belges de la chimie et des sciences de la vie représentent plus de 6 % du chiffre d’affaires total du secteur européen alors que la population belge ne représente que 2,1 % de la population de l’Union Européenne. Le pays présente un fort degré de spécialisation. Ce secteur est majoritairement localisé en Flandre. Les acteurs de référence en sont: RECTICEL, BAYER ANVERS, SOLVAY, AGFA-GEVAERT.
Dans le secteur des biotechnologies, la Belgique compte plus de 140 entreprises dont une centaine “pure biotech” (soit 7 % des sociétés de biotechnologie européennes). Les sociétés belges sont responsables de 16 % du chiffre d’affaires européen et de quasiment 10 % des dépenses de recherche et développement. Les acteurs de référence en sont : UCB, GLAXOSMITHKLINE BIOLOGICALS et EUROGENTEC.

Aéronautique, armement et autres industries
Le secteur aéronautique occupe une place fondamentale dans l’économie de la Wallonie et constitue indéniablement un des grands atouts pour l’avenir. La réussite de ce secteur est due à une politique de R&D soutenue par les pouvoirs publics et au réseau de sous-traitants spécialisés travaillant pour des grands constructeurs. La part la plus importante de la production de ce secteur est destinée à l’exportation. Acteurs de référence : SABCA, TECHSPACE AERO et SONACA.
Au sein de la métallurgie, la sidérurgie est le plus important des sous-secteurs en Belgique. Les mouvements de concentration se sont également fait sentir: les entreprises d’ARCELOR font aujourd’hui partie du groupe ARCELORMITTAL, leader mondial du secteur avec une production globale de près de 120 millions de tonnes par an.

Industrie agroalimentaire
La Belgique est le 2ème pays européen avec la plus importante production alimentaire par habitant. L’agriculture belge est principalement orientée vers les productions animales en Wallonie et l’horticulture en Flandre.
L’industrie alimentaire est spécialisée dans la transformation des matières premières importées : chocolat, café, thé.
L’activité brassicole est également soutenue, avec de nombreux producteurs locaux et des multinationales comme le belgo-brésilien INBEV (JUPILER, LEFFE, STELLA).

economie belge

Distribution
Le secteur de la distribution est plus important dans le PIB belge que dans le PIB français (11,5% contre 9,5%). Il emploie 10% de la population active. Les chaînes spécialisées exercent une forte pression sur toutes les autres formes de distribution et connaissent un essor constant. Les groupes néerlandais sont majoritairement présents en Flandre et les enseignes belges d’électroménager comme VANDENBORRE ou KREFEL restent très nationales. Le chiffre d’affaires de la distribution alimentaire progresse régulièrement. Trois grands groupes représentent les 2/3 de la distribution de détail : CARREFOUR, DELHAIZE et COLRUYT.

Logistique
La Belgique compte 4 ports maritimes (Anvers, 4ème port mondial, Gand, Zeebrugge et Ostende) localisés sur un littoral de 66km et de nombreux ports fluviaux importants comme ceux de Liège et de Bruxelles. Ces infrastructures ont permis le développement d’activités connexes telles que l’affrètement, le groupage et le stockage.

The World Diamond Center
4 bourses diamantaires sur 28 dans le monde entier sont localisées à Anvers, faisant de la Belgique le seul pays au monde à en compter autant. 70 % des diamants mondiaux sont commercialisés dans cette ville. Les bijoutiers les plus connus tels que CARTIER, VAN CLEEF & ARPELS, y achètent leurs diamants. Plus de 50 % de la production des diamants bruts et polis passent par Anvers. L’étiquette “Cut in Antwerp” est le gage de qualité et d’approbation internationale pour les diamants polis.

economie belge

Anvers, capitale mondiale du diamant
Depuis 500 ans, le grand port du nord de la Belgique s’est forgé une place prépondérante dans le diamant, qui lui a valu le surnom de « capitale mondiale du diamant ». D’abord spécialisée dans la taille et le polissage de pierre, Anvers s’est tournée vers le commerce de pierres brutes, rappelle l’Antwerp World Diamond Centre (AWDC), l’organisme représentatif des diamantaires anversois. Au total, 84% des diamants bruts et 50% des diamants polis du monde entier passent par la ville flamande. En 2014, elle a exporté pour 58,8 milliards de dollars (51,6 milliards d’euros) de diamants polis. Pour la Belgique, l’importance du secteur est tout sauf négligeable. Les diamants représentent 5% du total des exportations du royaume, et 15% de ses exportations en dehors de l’UE, selon AWCD.
Traditionnellement aux mains de l’importante communauté juive orthodoxe, l’activité a connu un coup d’arrêt pendant la Seconde guerre mondiale, au cours de laquelle la communauté juive d’Anvers a été décimée. Sur 27 000 personnes qui travaillaient dans ce secteur avant la guerre, il n’en restait que 3500 à la fin, selon l’AWDC. Mais l’industrie se relança rapidement dès 1945.

Retourner au sommaire de la sous-traitance industrielle en Belgique.