S’inscrire gratuitement sur l’annuaire de la sous-traitance industrielle

Comment l’industrie du luxe peut-elle relancer l’économie française ? Face aux pays émergents, les Français ont le sentiment qu’ils n’ont d’autres solutions que le retour au protectionnisme ou l’alignement par le bas, c’est-à-dire par la baisse des coûts.
Pourtant, face aux nouveaux géants, un autre choix est possible : celui de se différencier par le haut. D’abord en exportant en Chine des produits technologiques comme des Airbus ou des centrales électriques. Mais aussi et surtout en améliorant la qualité de notre production, en faisant de la “montée en gamme”.

luxe france

L’industrie du luxe
Un fleuron qui se fait très discret mais qui représente le second excédent de notre balance commerciale, juste après l’aéronautique, avec un solde de 14 milliards d’euros en 2009…, soit deux fois le solde de nos exportations de médicaments ou de produits agro-alimentaires!
Le succès du luxe à la française trouve son origine dans le « luxe d’exception », fondé sur un savoir-faire dont la production reste essentiellement artisanale et proche des métiers d’art : travail du cuir, etc. Ce luxe d’exception permet s’asseoir une forte réputation, ce qui permet ensuite de commercialiser des produits de “luxe accessible”, en grande série, comme les
parfums ou les montures de lunettes. Grâce à la maîtrise de la qualité, à l’image de marque, les entreprises du luxe parviennent à fixer des prix relativement élevés par rapport à
leurs coûts de production.

made in france

Pour fixer les idées, les profits (mesurés par l’indicateur comptable du “Résultat net”) sont de l’ordre de 13 à 15 % dans l’industrie du luxe, contre moins de 5 % dans la plupart des industries. Pas étonnant, dans ces conditions, que la valeur boursière d’une entreprise comme LVMH soit 15 fois plus élevée que celle d’une entreprise comme Peugeot, qui affiche pourtant un chiffre d’affaires deux fois supérieur ! On peut également noter que le secteur du “luxe d’exception” repose sur une forte qualification des salariés, ce qui limite la tentation des délocalisations. En effet, les savoir-faire restent essentiellement tacites et difficilement transférables, tandis que le besoin de contacts permanents, de la création à la fabrication, entre le donneur d’ordre et les PME favorise également la proximité géographique. Le luxe d’exception constitue donc un gage.

luxe made in france

Sur le secteur du “luxe d’exception”, la mondialisation prend même un tour inattendu et paradoxal : loin de nuire aux ouvriers, elle valorise leur savoir-faire, qui va s’exporter dans le monde entier ; “l’intelligence de la main”, le travail manuel sont remis à l’honneur. On sort de l’univers du travail à la chaîne, déqualifié et répétitif, pour retrouver celui du tour de main et de l’excellence.
Les enseignements à tirer
Le message essentiel est que pour résister à ladéferlante chinoise, la meilleure riposte est la montée en gamme.
Prenons l’exemple de la chaussure de ville. Les importations chinoises, massives, se concentrent essentiellement sur le bas de gamme et la gamme moyenne. Il existe donc un créneau à valoriser, surtout à l’exportation : le haut de gamme.
Les Italiens l’ont bien compris et ont massivement investi avec succès ce segment de marché, en misant sur la différenciation des produits : innovation technologique (Geox), qualité des matériaux et de la finition, logique de petites collections tournées vers les dernières tendances de la mode.
Les Français ont aussi des atouts pour s’imposer sur ce marché : dans la région Rhône Alpes, à Romans, existe une tradition d’excellence dans la belle chaussure depuis le milieu du XIXe siècle. On dit même de la ville de Romans qu’elle est le berceau, la capitale mondiale de la chaussure.

outils

Des ouvriers hautement qualifiés y fabriquent des paires depuis 1850 pour des chausseurs de renom. Mais faute de créativité, ce secteur a décliné lentement, au point de frôler la mort il y a quelques années, non pas à cause des Chinois mais parce que nous n’avons pas su nous renouveler. Quelques marques ont survécu et, après avoir délocalisé leur production à l’étranger, reviennent aujourd’hui produire dans la région, tandis que de nouvelles entreprises se développent, en dépit de coûts salariaux plus élevés. En misant sur le haut de gamme et la qualité, l’industrie française de la chaussure est en train de renaître de ses cendres et de partir à la conquête du monde.

Retourner au sommaire de la sous-traitance industrielle Made in France.

Liens vidéo :

L’industrie Du Luxe Ne Connaît Pas La Crise
La mondialisation

Echos-partners-industrie.com présente plus d’informations sur la sous-traitance industrielle made in France et ses entreprises de sous-traitance industrielle dans divers secteurs d’activités de la sous-traitance industrielle.

Pour plus d’informations, voir l’article sur le luxe et la mondialisation : LA MONDIALISATION ET L’INDUSTRIE FRANÇAISE DU LUXE.

Consulter d’autres d’articles sur la sous-traitance industrielle française dans ce secteur d’activité.
Echos-partners-industrie a sélectionné des entreprises pour ce secteur d’activité de sous-traitance industrielle française.