S’inscrire gratuitement sur l’annuaire de la sous-traitance industrielle

Lancée le 18 avril 2015, l’Industrie du futur répond à un impératif : moderniser notre appareil productif et accompagner nos entreprises industrielles dans la transformation de leurs modèles d’affaires, de leur organisation, de leurs modes de conception et de commercialisation par le numérique.

usine du futur

En plus de l’industrie du futur, la Nouvelle France Industrielle repose sur 9 solutions industrielles qui apportent des réponses concrètes aux grands défis économiques et sociétaux et positionnent nos entreprises sur les marchés d’avenir dans un monde où le numérique fait tomber la cloison entre industrie et services.

1.000 prorobotjets ont été soutenus. Des avancées essentielles sont en cours sur les nouveaux procédés de production comme la fabrication additive. L’avion électrique e-fan, les véhicules autonomes, la Cité des objets connectés à Angers… L’Alliance assure la diffusion de ces innovations dans le tissu industriel français : 1500 PME ont été accompagnées par l’Alliance dans leur modernisation. L’Alliance a aussi conclu des coopérations internationales, notamment avec l’Allemagne, et elle contribue à projeter l’image de la créative industry française à l’international avec Business France.

Enfin, l’Alliance pour l’industrie du futur s’est fixée pour mission d’accompagner les mutations du travail, dans un monde où l’impératif de créativité deviendra de plus en plus fort, et où les entrepreneurs comme les salariés devront continuellement progresser pour faire face à une vague continue de progrès technologique.

…les entrepreneurs comme les sAlariés devront continuellement progresser pour faire face à une vague continue de progrès
technologique.

Un enjeu de dimension nationale
Le projet “Industrie du Futur”, lancé par le Président de la République le 14 avril 2015, joue un rôle central dans la seconde phase de la Nouvelle France Industrielle. Il a pour objectif d’amener chaque entreprise à moderniser son outil industriel et à réussir sa transition numérique. Il couvre l’ensemble des activités de l’entreprise, de la conception du produit jusqu’au service après-vente, en passant par la production et la logistique.
Il tient compte de la convergence entre industrie et services et englobe les problématiques de la transition numérique.

Les cinq piliers du projet usine du futur
• “L’Industrie du Futur” prévoit en premier lieu un accompagnement personnalisé des entreprises pour moderniser leur outil industriel. Des diagnostics seront proposés aux PME et ETI industrielles avec l’appui des régions.
Sur la base d’un référentiel partagé, 15 000 entreprises seront sensibilisées et 2 000 seront accompagnées au cours des deux prochaines années.
Elles pourront bénéficier d’un soutien financier grâce à des mesures exceptionnelles : 2,5 milliards d’euros d’avantage fiscal pour toutes les entreprises investissant dans leur outil de production au cours des douze prochains mois ainsi que 2,1 milliards d’euros de prêts de développement supplémentaire distribués par Bpifrance aux PME et ETI au cours des deux prochaines années. Ce volet sera piloté au plus près du terrain par les acteurs régionaux (régions, représentants des entreprises dans les territoires, services déconcentrés de l’État).
• Le deuxième pilier est consacré au développement de l’offre technologique.

Il permettra d’accompagner les projets structurants des entreprises sur les marchés où la France peut acquérir d’ici trois à cinq ans un leadership européen, voire mondial comme la fabrication additive (recherche sur les matériaux et les processus numériques), la virtualisation de l’usine et les objets connectés, ou encore la réalité augmentée.
• Les enjeux de formation des salariés sont également au cœur du projet. La présence accrue du numérique et de la robotisation implique une transformation des métiers. Le projet a vocation à caractériser ces transformations et adapter en conséquence la formation des salariés. Par ailleurs, afin d’alimenter la réflexion prospective, une première chaire sur « l’Industrie du Futur » sera lancée avant la fin de l’année.
• Le projet a aussi pour objectif de nouer des partenariats stratégiques au niveau européen et international, en particulier avec l’Allemagne. Le périmètre et la gouvernance du projet ont été conçus pour s’interfacer naturellement avec la plateforme comparable « Industry 4.0 » allemande avec laquelle un partenariat sera lancé dès l’automne 2015.
• Enfin, afin de faire la promotion de « l’Industrie du Futur », quinze projets exemplaires tels que celui de l’équipementier aéronautique Daher seront lancés d’ici la fin de l’année 2016 et un grand événement de visibilité internationale sera organisé.
Une dynamique nouvelle L’Alliance pour l’Industrie du Futur sera présente au sein du comité de pilotage qui associera notamment le Vice-président du Conseil National de l’Industrie (CNI) et les représentants des organisations syndicales. La DGE, dans ses différentes composantes (industrie, numérique, services, innovation), sera l’un des acteurs clés des groupes de travail relatifs à chacun des cinq piliers. Elle coordonnera l’action des pouvoirs publics et assurera le secrétariat du comité de pilotage.

9 solutions industrielles
Il s’agit de développer de nouvelles solutions industrielles, orientées vers les clients et répondant à un nombre resserré de marchés prioritaires : les nouvelles ressources, la ville durable, la mobilité écologique, les transports de demain, la médecine du futur, l’économie des données, les objets intelligents, la confiance numérique et l’alimentation intelligente.
Les neuf solutions industrielles ont été créées pour faire jouer les synergies entre des plans qui répondaient à des finalités similaires.
À titre d’exemples, la ville durable a pour ambition de développer une gestion plus intelligente des réseaux d’eau et d’énergie grâce à des outils numériques (« smart grids »), d’améliorer la performance énergétique des bâtiments et l’implication des consommateurs finaux ainsi que d’augmenter la productivité du secteur de la construction. L’économie des données a elle pour objectifs de valoriser les données dans les entreprises et les services publics, de développer une offre innovante dans les domaines du « big data », du « cloud-computing » et des supercalculateurs.
Les neuf Solutions capitalisent sur les travaux menés par les chefs de projets des 34 plans industriels et leurs équipes, qui restent moteurs et coordonneront leurs travaux au sein des regroupements.
Pour chacune des solutions, une feuille de route est définie, avec des objectifs et un calendrier détaillé. Une enveloppe de 3,4 milliards d’euros est prévue au sein du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) pour soutenir les projets. Les solutions bénéficieront de l’appui des pouvoirs publics, du CNI, des Comités Stratégiques de Filière (CSF) et des organisations syndicales, à la fois pour la formation aux nouveaux métiers et pour les évolutions réglementaires nécessaires à leur développement.
L’agence Business France sera également mobilisée pour attirer de nouveaux investisseurs en France et promouvoir les Solutions de la Nouvelle France Industrielle à l’international.
Cette démarche a vocation à se déployer en région en associant les collectivités régionales.

Flash sur les nouvelles technologies 
Il s’agit de technologies récentes et émergentes relatives à la production en tant que telle mais aussi à d’autres étapes du cycle de vie du produit, à savoir la conception et l’industrialisation (grâce aux nouvelles solutions de prototypage par exemple). Elles peuvent, en outre, avoir des conséquences sur les phases plus aval comme la distribution (distribution directe). Plus précisément, les nouvelles technologies de production incluent :
• l’impression 3D ;
• la robotique ;
• la simulation et la conception assistées par ordinateur (CAO) ;
• la fabrication assistée par ordinateur (FAO) ou fabrication numérique.

Retourner au sommaire de la sous-traitance industrielle Made in France.

La ROBOTIQUE INDUSTRIELLE en vidéos 

Pour plus d’informations, voir l’article sur la Robotique industrielle : L’industrie du future : un enjeu de dimension nationale.

Consulter d’autres d’articles sur la sous-traitance industrielle française dans ce secteur d’activité.
Echos-partners-industrie a sélectionné des entreprises pour ce secteur d’activité de sous-traitance industrielle française.

Liens videos 
– Robotique industrielle
– Beginnings of Skynet: The Best Robots in the World Meets in
– Saragosse : le plus grand robot du monde ! – hi-tech
– FANUC France – Olympiades de la Robotique Industrielle 2016

Echos-partners-industrie.com présente plus  d’informations sur la sous-traitance industrielle made in France et ses entreprises de sous-traitance industrielle dans divers secteurs d’activités de la sous-traitance industrielle.

L’impression 3D en vidéos

Liens videos :
Fabriquer et tester une imprimante 3D
Test de l’imprimante 3D
Les imprimantes 3D : une révolution industrielle

Echos-partners-industrie.com présente plus  d’informations sur la sous-traitance industrielle made in France et ses entreprises de sous-traitance industrielle dans divers secteurs d’activités de la sous-traitance industrielle.