Une vision globale de la compétitivité d’une économie s’apprécie par plusieurs approches, souvent complémentaires, intégrant aussi bien des indicateurs quantifiables satisfaisant à la comparabilité que des facteurs qualitatifs difficilement mesurables.
Face aux nombreux défis à relever (mondialisation, vieillissement…), le diagnostic de la compétitivité s’effectuera en cohérence avec les indicateurs de la stratégie Europe 2020 et de la gouvernance économique européenne. Pour ce faire, un bilan global des performances de notre économie est établi sur la base d’indicateurs macroéconomiques.
Les premiers indicateurs analyses concernent la position extérieure de notre économie et nos parts de marché à l’exportation. Ces indicateurs sont épinglés par les autorités européennes dans le cadre de la procédure concernant les déséquilibres macroéconomiques. Ce diagnostic de nos performances extérieures est ensuite étendu au profil d’évolution du produit intérieur brut et des finances publiques.

S’inscrire gratuitement sur l’annuaire de la sous-traitance industrielle

competitivite belgique

Balance des opérations courantes
En 2015, le solde de la balance des opérations courantes (BOC) a étéé déficitaire mais affiche néanmoins un résultat plus favorable qu’en 2013 et 2014. Cette amélioration du solde de la BOC est imputable au solde de la balance des biens dont l’excédent a nettement augmenté sous l’effet de la dynamique favorable des marchés extérieurs et des taux de change (+358 millions d’euros en 2015 après un déficit de 3,8 milliards d’euros en 2014). Selon les dernières prévisions du Bureau fédéral du Plan, la balance des opérations courantes évaluée à 0,7 % du PIB en 2015 devrait atteindre 2 % du PIB en 2016 et 2,7 % du PIB en 2017.

Principaux marchés des trois partenaires commerciaux
En 2015, les Etats-Unis, qui constituent la première destination des exportations de l’Allemagne, ont réceptionné des voitures et autres véhicules terrestres (34 milliards d’euros), des réacteurs nucléaires, chaudières, machines, appareils et engins mécaniques (22 milliards d’euros) et des combustibles minéraux, huiles minérales et produits de leur distillation (13 milliards d’euros).
De plus, les exportations allemandes de ces différents produits vers les Etats-Unis ont augmenté de 22 % par rapport a 2014. La Chine est la deuxième destination et la France la troisième.

competitivite belgique

En 2015, la première destination des exportations de la France est l’Allemagne. La France y a essentiellement exporté des produits de navigation aérienne ou spatiale, des voitures et autres véhicules terrestres et des réacteurs nucléaires, chaudières, machines, appareils et engins mécaniques pour un montant de 29 milliards d’euros (+23,5 % a un an d’écart). Les Etats-Unis et la Chine sont respectivement la deuxième et la troisième destination des exportations de la France.
Concernant les Pays-Bas, son premier partenaire à l’exportation est l’Allemagne. Les hollandais y exportent principalement des machines, appareils et matériels électriques, des réacteurs nucléaires, chaudières, machines, appareils et engins mécaniques et des combustibles minéraux, huiles minérales et produits de leur distillation pour une somme de 39 milliards d’euros en 2015 (-0,2 % a un an d’ecart). La Belgique est le deuxième et la France le troisième partenaire à l’exportation.
Entre 2000 et 2015, les parts relatives des exportations intra-UE de la France et des Pays-Bas ont diminué au profit des exportations extra-UE. Cette diminution est également observée pour la Belgique et l’Allemagne entre 2000 et 2013. Pour les années 2014 et 2015, notre pays et l’Allemagne voient leurs parts relatives des exportations intra-UE remonter.
Durant la même période, nos marches extra-UE ont connu la progression la plus significative à destination des Emirats Arabe Unis (+210 %) et de la Chine (+186 %). Pour la France, ce sont les parts relatives de la Chine (+307 %) et de l’Algérie (+59 %). Pour l’Allemagne, la Chine (+273 %) et les Emirats Arabe Unis (+232 %) occupent les deux premières places tandis que pour les Pays-Bas, la Chine (+323 %) et la Turquie (+40 %) constituent les marchés ayant les taux de croissance les plus importants.

Retourner au sommaire de la sous-traitance industrielle en Belgique.