Entretien avec Monsieur Van Steenberge, Directeur Commercial.

Le secteur de l’acier a connu une crise sans précédent entre 2012 et 2015, menaçant de nombreuses entreprises de fermeture en France et en Angleterre, notamment. Il est une pourtant, pour laquelle la crise aura été un révélateur d’identité et de performance. De retour d’un long périple commercial, SIMEX nous livre les clés de son succès.

Consulter la fiche signalétique

simex revalorisation acier

ECHOS-INDUSTRIE : Monsieur Van Steenberge, la société existe depuis 1997 et a rencontré une crise sans précédent, à quoi cela était-il dû ?
Monsieur Van Steenberge : En effet, après 15 ans d’existence, l’entreprise SIMEX a dû faire face à une crise importante très dure pour le secteur de l’acier et particulièrement en Europe. La raison en était la concurrence déloyale exercée par les Chinois qui faisaient réellement du dumping social. Les prix étaient excessivement bas et nombre d’entreprises ont fermé, d’autres étaient sérieusement menacées.

ECHOS-INDUSTRIE : Dans quelle mesure SIMEX a-t-elle pu être épargnée de la vague de fermetures ?
Monsieur Van Steenberge : Je pense que la raison de notre survie et de notre succès actuel est liée à plusieurs éléments : extrinsèques et intrinsèques. Je dois dire que la réaction de l’Europe a été salvatrice pour bon nombre de sociétés qui, en l’espace d’un an, aurait pu totalement péricliter. La réglementation européenne a mis fin au dumping social et il était temps, je dois dire ! En interne, SIMEX a énormément misé sur son développement commercial. Notre foi en l’avenir de la société et notre volonté de maintenir une activité importante nous ont poussés à aller toujours de l’avant. J’ai été embauché en 2014 avec ce beau challenge à relever et c’est ce que j’ai fait avec l’immense conviction que tout était possible.

simex

ECHOS-INDUSTRIE : Il semble que votre philosophie battante et positive ait été un réel vecteur de croissance…
Monsieur Van Steenberge : Pour moi, il est hors de question de s’apitoyer sur son sort parce que le monde de l’industrie est en crise. La crise est une étape à traverser, il faut juste fournir plus d’efforts et c’est ce que nous avons fait. En fait, ma devise serait plutôt de dire que la crise peut se révéler être une véritable opportunité de croissance pour l’entreprise à moyen long terme.

ECHOS-INDUSTRIE : Comment la crise a-t-elle pu vous tirer vers le haut finalement ?
Monsieur Van Steenberge : Parce que nous avons pris le problème à bras le corps et n’avons pas cessé de développer nos relations avec nos anciens clients, nos clients actuels et nous avons tout mis en œuvre pour avoir de nouveaux clients. Ce n’est pas parce que le marché est morose qu’il n’y a plus de marché. Il y en a un, il faut juste être très proche de lui, à son écoute et ne jamais le lâcher. Notre vraie différence, c’est la valorisation du client et notre sens du service. Nous avons donc tout fait pour développer notre clientèle qui a doublé en l’espace de quelque temps. Après la crise de l’acier, lorsque la réglementation européenne est intervenue, nous avons récupéré nos anciens clients qui étaient partis à la concurrence chinoise et nous avons aussi pu compter sur nos nouveaux clients démarchés avec force durant toute cette période. De fait, notre chiffre d’affaires
a doublé en 2015 et nous pensons atteindre un chiffre d’affaires d’environ 6 à 7 millions en
2016 !simex revalorisation acier

ECHOS-INDUSTRIE : Mais comment avez-vous pu maintenir le cap face à une politique des prix agressive des Chinois ?
Monsieur Van Steenberge : C’est vrai que cela n’a pas été facile. Pour bien comprendre, il faut repositionner notre cœur de métier qui est la revalorisation de produits excédentaires en acier. Nous intervenons sur des produits de deuxième choix en achetant à des entreprises, soit des commandes annulées, soit des stocks parce que la société a été mise en faillite. Nous faisons du tri sélectif et apportons un produit de qualité au client pour un prix inférieur aux produits de premier choix. Malheureusement, il y a eu de nombreuses entreprises qui ont fermé leurs portes et nous avons pu acheter beaucoup de stock. Sur le marché du second choix, nous sommes compétitifs en termes de prix et de qualité, même si les pièces acquises par nos clients ne sont pas faites sur mesure. Certes, les Chinois avaient des prix compétitifs sur le marché de premier choix mais la qualité n’était pas au rendez-vous et cela nous laissait quand même une marge de développement. Puis, la réglementation européenne nous a davantage facilité la croissance de l’entreprise. Enfin et je pense que ceci est un élément important, nous sommes très ouverts à l’export. Nous avons des flux de relations commerciales avec l’Espagne, l’Italie, l’Angleterre et la Hollande. Je parle le français, le néerlandais, l’anglais et l’allemand. Résolument européenne, l’entreprise est décidée à s’ouvrir à tous les marchés et gardera le cap sur la mondialisation de son activité…

Fiche signalétique

Sous-traitance industrielle Made in France

simex logo

ACTIVITÉ PRINCIPALE : REVALORISATION DE L’ACIER.
COORDONNÉES : ZI Petite-Synthe, avenue de la Gironde • Code postal : 59640 • Ville : Dunkerque • Pays : FRANCE
Tél. société : +33(0)3 28 60 77 55
Site Internet : www.simexsteels.com • E-MAIL : info@simexsteels.com
CONTACTS : PDG : M. Antoine VERVAEKE.
INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES : C.A. (HT) : 4 500 000 € • Nombre de salariés : 4 • % Export : 70
ACTIVITÉS : Revalorisation de l’acier excédentaire et déclassé.
CAPACITÉS DE PRODUCTION : Zone de 10.000 m2.
MARCHÉS CLIENTS : Oxycoupage • Tôles de chantier.
PAYS OU ZONES D’EXPORTATION • Europe : Allemagne • Pays-bas • Royaume-Uni • Italie • Espagne • Afrique : Egypte • Turquie • Asie : Inde, Pakistan.

Retrouvez la liste de tous nos partenaires de la sous-traitance industrielle Made in France

Retour à la page d’accueil