Recyclage des emballages et traitement des déchets

981
recyclage emballage

Par m. Michel Fontaine, Président du CNE

Le tri des emballages vides par nos concitoyens français est aujourd’hui le deuxième geste citoyen après le vote. Depuis près de 40 ans pour les emballages en verre et depuis 1992 pour les autres emballages vides, le tri sélectif des déchets d’emballages ménagers assure un taux de recyclage en poids de 67% = 3 millions de tonnes sur 4,5 de tonnes.

Ce résultat est le fruit d’une coopération continue de toute la chaîne de valeur de l’emballage, des producteurs de biens de grande consommation aux consommateurs/citoyens sans oublier les collectivités territoriales, les distributeurs, les recycleurs de matériaux avec Eco-emballages et son Monsieur Papillon au cœur du dispositif.

Les autres emballages à destination des industries et du commerce représentent un tonnage de 7 millions de tonnes et sont recyclés à plus de 70% quand ils ne sont pas réemployés. Là aussi les efforts de l’ensemble des opérateurs concernés est à saluer.
Par ailleurs, il faut noter que depuis 20 ans les emballages se sont faits plus légers grâce aux deux leviers que sont la prévention à la source et l’écoconception des emballages. Le CNE (Conseil National de l’Emballage) a été à la pointe de ces différents « combats » depuis sa création.
En partant d’une même base 100 en 1997, les emballages vides ont diminué de 10 % dans les déchets quand la consommation augmentait de 15%. Un vrai découplage. Ces différents résultats placent la France dans le peloton des nations responsables à la fois en Europe et au niveau mondial.

recyclage-des-emballages03%e2%80%a22Il reste bien évidemment des marges de progrès. Le tri des emballages vides dans les grandes agglomérations par exemple est beaucoup plus difficile du fait de l’habitat vertical et du manque de place à la fois chez les habitants et sur l’espace public. Pour ce qui concerne les matériaux, les matières plastiques, qui sont un matériau très jeune par rapport aux autres, se recyclent moins bien aujourd’hui du fait d’un tri sélectif encore partiel et de filières de recyclage à faire grandir.
Récupérer des matériaux est bien mais il faut les utiliser ! Et si possible dans le même type d’utilisation. Le verre, le fer blanc, l’aluminium et le papier-carton font cela depuis des décennies et redeviennent de nouveaux matériaux pour fabriquer des emballages.
Participant en cela à un réel ancrage territorial et à un véritable “Made in France” de l’emballage.
C’est encore balbutiant pour les plastiques dont les débouchés ne sont pas tous à destination de nouveaux emballages mais l’essor d’emballages en PET (Polyéthylène Téréphtalate) contenant du recyclé et aptes au contact alimentaire montre qu’il y a des raisons d’être optimiste.
L’emballage a pris depuis 20 ans le tournant du développement durable. Il s’inscrit aujourd’hui dans une réelle démarche d’économie circulaire. Il ne s’arrêtera pas en si bon chemin.

Retourner au sommaire de la emballage et conditionnement.