Emballage et e-commerce

1133
ecommerce et emballage

L’emballage s’impose comme un outil phare dans la relation client… Tout comme le tracking qui prend encore plus d’importance avec le développement du drop shipping et des transactions à l’international.

Quoi de neuf ?

La publicité figurant directement sur les emballages. En 2015, les clients d’Amazon ont reçu leurs commandes emballées dans des boîtes jaunes éclatantes customisées avec les personnages des “Minions”. Ce format publicitaire, qui a fait le lien entre le géant du e-commerce, les studios de production Universal et sa filiale Illumination Entertainment est une première en son genre. Il permet de générer de nouveaux revenus (publicitaires) pour Amazon.
High-Tech Discount vend ses produits (coques de Smartphones, housse de tablettes, accessoires informatique) sur les places de marché depuis 2011 (eBay, PriceMinster, Cdiscount et Fnac Marketplace) et expédie environ 200 colis par jour.

3

Les produits utilisés

L’e-marchand utilise principalement deux types d’emballage :
▪ l’enveloppe à bulle, vendue par Ted + (enveloppebulle.com),
▪ la Lettre Max, prêt-à-poster de La Poste.
La première convient bien aux expéditions car elle est renforcée et sécurise les produits, mais la seconde dispose d’un numéro de suivi, ce qui permet d’éviter les litiges.
L’emballage : un élément-clé
L’emballage représente un élément clé pour le e-commerce car il garantit la sécurité du produit qui doit arriver jusqu’à son destinataire et en bon état. Il semble que la solution idéale n’existe pas encore. Même si les acteurs du marché cherchent la parade.
Les distributeurs définissent des gammes pour répondre aux besoins du e-commerce qui réclament plus de sécurité, plus de visibilité (les enveloppes intégrant une pochette transparente en plastique semblent très appréciées) et plus d’éco conception. Plusieurs thèmes s’imposent cette année et notamment la sécurisation des produits avec l’arrivée de boîte avec calage de protection intégrée.

La reverse logistique

La reverse logistique est également au centre des préoccupations. De nouveaux modèles de boîte et caisse pour transporter des écrans plats – téléviseur, tablette, Smartphone – sont également annoncés.
Dans les entrepôts, l’optimisation de la productivité est plus que jamais de mise, d’où l’arrivée de boîtes automatiques. Raja étend sa gamme existante. Ted + lance la Spid’Boite, boîte automatique qui se forme en quelques secondes. Elle se décline en quatre formats et dispose d’un rabat autocollant pour éviter l’emploi d’adhésif. Gestion du dernier kilomètre oblige, le dépôt en boîte aux lettres reste l’objectif numéro 1 du secteur. C’est pourquoi, depuis 2013, Raja commercialise des étuis et boîtes extra plats qui se glissent dans les boîtes aux lettres. Ted + innove avec la Media Box, une enveloppe en carton, avec ouverture sur le côté permettant d’insérer deux produits (type DVD, Blue ray) côte à côte.
Mais cette question pourrait évoluer dans les prochains mois. Des discussions sont en cours avec La Poste pour changer la norme de la taille des boîtes aux lettres, peu adaptée aux contraintes de l’e-commerce.

Plus de tracking

Au niveau des process et solutions, il semble que “la logistique en flux courts se développe”, constate Frédéric Lézy, directeur de la business unit e-commerce d’Arvato. Avec un standard qui s’installe : une commande reçue dans la journée doit être traitée dans la journée. Or, cette double exigence nécessite la mise en oeuvre d’une omni logistique agile, basée sur la gestion de portefeuille de produits virtuel et garantissant des livraisons toujours plus rapides.
Pour optimiser l’omni logistique, la tendance est à l’intégration des systèmes d’information des transporteurs.
Arvato qui s’appuie sur plusieurs outils, avec notamment une solution OMS (order management system) pour la gestion du stock virtuel, a développé Artis, solution maison mise à disposition des e-commerçants pour la gestion des contrats et des engagements des différents transporteurs sollicités.
TeamBask, jeune pousse spécialisée dans le conseil et la prestation de services logistiques externalisés en B to B et B to C, basée à Anglet, s’est dotée de la solution en mode SaaS, Generix Collaborative Supply Chain WMS pour piloter les ressources et les activités de son entrepôt et a enrichi son système d’information avec le logiciel Téliae afin d’intégrer la dimension transport. Il s’agit de répondre à un besoin de traçabilité, cahque numéro de commande devant correspondre à un nuléro de tracking.

Retourner au sommaire de la emballage et conditionnement.