Design packaging 

1018
recyclage emballage

La révolution a commencé

Dans un monde où tout va très vite et où chaque individu est soumis en permanence à une multitude de stimuli, l’ennui est devenu un sentiment insupportable. Véritables excroissances, les nouvelles technologies ont envahi nos vies, nous permettant à chaque instant de combler les vides d’une existence que nous voulons riche et intense. Et parce que nous avons accès à une infinité de données de façon immédiate et simultanée, notre propension à zapper est quasiment devenue un 6ème sens. Hyper-sollicité, sur-informé, le consommateur est exigeant et il a déjà tout vu, ou presque ! 

Le packging : une expérience de consommation

Détournement, emprunts, réappropriation… L’approche expérientielle part de l’idée que nous cherchons à vivre des expériences de consommation pour les plaisirs, les émotions et les se
nsations qu’elles nous procurent. Pour différencier leurs offres, les marques sont en constante recherche de proposition. Détourner les codes établis, les signes, les objets, les images ou les lieux peut constituer une manière efficace et habile d’étonner, de surprendre, de faire sourire et réfléchir le consommateur et donc de renouveler l’expérience.

De plus, le packaging fait face aujourd’hui à un vrai dilemme : séduire le consommateur sans passer pour la bête noire du développement durable. Aujourd’hui, le packaging doit être plus utile et plus interactif avec le consommateur. La réalité augmentée peut apporter cela à la plus banale des « boites ».

Un nouveau paradigme

 Le marketing est entré dans un nouveau paradigme, visant d’une part à renforcer l’interaction entre la marque et les clients et d’autre part à créer une rupture dans le quotidien de ces derniers, afin de générer de l’intérêt. La posture passive du consommateur a ainsi laissé place à la fameuse expérience de marque, créatrice d’émotions en tous genres.
Comment imaginer alors que le packaging fasse exception et se contente de proposer en magasins un alignement de clones aussi ennuyeux qu’indifférenciés ? Les marques doivent aujourd’hui interroger à nouveau leur stratégie packaging et proposer une nouvelle génération d’emballages capables de surprendre, de dérouter, de faire rêver…

Provoquer l’étonnement

L’étonnement est donc devenu un véritable levier d’achat et les marques commencent à rivaliser d’inventivité pour proposer une façon différente de mettre en scène leurs produits. La disruption autorise alors toutes les audaces en termes de graphisme, de matériaux, de registres de forme… à une contrainte près : le respect de l’ADN de marque. En effet, pour être efficace, l’innovation proposée doit être cohérente avec les valeurs et la promesse de la marque, sous peine d’engendrer une dissonance qui aurait l’effet inverse de celui escompté.
Quelques benchmarks intéressants en grandes surfaces et en magasins spécialisés démontrent que le packaging participe lui aussi de cette grande mutation d’expérience et qu’il est, plus que jamais, l’avenir de la marque.

 Un packaging aux multiples visages  

  • Le pack ‘Arty’ transcende la dimension informationnelle du packaging pour créer un objet déco, à l’esthétique séduisante.
  • L’union fait la force. En effet, des faces complémentaires permettent de raconter une vraie histoire en linéaires lorsque les packagings sont juxtaposés.
  • Le mélange des genres est une façon de réinventer la façon de vendre un produit en important les codes d’une autre catégorie
  • La preuve par le pack par laquelle, de façon très concrète, le packaging fait la démonstration du bénéfice produit.
  • La deuxième vie du packaging commence lorsque l’emballage devient un support ludique au-delà de l’usage produit.

Retourner au sommaire de la emballage et conditionnement.