“C’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme” (Renaud).
Ce n’est pas l’homme qui prend le gouvernail du chef d’entreprise, c’est l’entreprise qui choisit son capitaine. Telle pourrait être la synthèse de l‘histoire de reprise d’Anjou Moules Outillages réalisée en 2015 par Monsieur Misandeau.
Âgé de 28 ans, l’homme, bien que déjà expérimenté dans le management et la gestion de projets, n’avait pas imaginé être entrepreneur si tôt. Abordé par son prédécesseur
– qui tenait à sa candidature plus qu’aux autres offres alléchantes posées sur la table –
Monsieur Misandeau se jette à l’eau.
L’homme prend la mer, l’entreprise Anjou Moules Outillage continue de voguer.
Cap sur une aventure Made in France…

Consulter la fiche signalétique

moules techniques pour l’injection plastique. Reprendre l’entreprise à moins de 30 ans : une épreuve de conviction
Le premier challenge pour Monsieur Misandeau aura été de fédérer à ses côtés une équipe dont la moyenne d’âge tourne aux alentours de 48 ans. Arriver en fin de vingtaine, avec cinq années d’expérience en guise de bagage pour convaincre un personnel cumulant des dizaines d’années d’expérience (quand cela ne se compte pas en vingtaine), c’est le second challenge du jeune repreneur, après celui de convaincre la banque de le suivre. Une reprise d’entreprise, c’est avant tout une affaire de conviction de soi-même et des autres. Pour Monsieur Misandeau, pas question de s’arrêter au premier obstacle survenu.
Persuadé qu’il est l’homme de la situation et que l’entreprise Anjou Moules Outillages est faite comme un gant pour lui, il se bat jusqu’au bout. “J’ai sollicité pas moins de quatre banques et au départ personne ne voulait me prêter.
J’ai alors pensé recourir à l’aide de mon entourage pour obtenir les fonds nécessaires et quand l’une des banques a vu ma détermination, elle a accepté de financer mon
projet sans que je ne sois obligé de faire intervenir d’aide extérieure. Bien sûr, ce projet était un engagement fort. Ce n’est que grâce au soutien de mon épouse que j’ai pu me lancer. Nous avons misé notre maison sur ce projet, ce qui est un gage de conviction !”

L’expérience et la technicité, gages de reconnaissance professionnelle
Côté problématique de gestion de personnel, le jeune homme d’affaires explique être aguerri au management d’une équipe plus âgée. “J’ai eu un bac scientifique et c’est au cours d’un salon des métiers que j’ai découvert ma passion pour la plasturgie. Je suis tombé immédiatement dans la marmite via un BTS de plasturgie en alternance.
Une fois mon diplôme en poche, je pouvais poursuivre en école d’ingénieur mais j’avais une offre d’emploi trop intéressante et j’ai suivi les conseils de mes professeurs de me lancer dans la vie active. Dans notre métier, ce n’est pas tant la qualification qui compte mais l’expérience. Le résultat prouve que j’ai eu raison de suivre leurs conseils.
J’ai intégré une entreprise qui avait un centre d’essai pour les moules et qui faisait de l’injection. Donc j’ai une expérience complète et double, ce qui est rare dans notre métier. De plus, mon patron me faisait énormément confiance.
Alors que je n’avais que 23 ans, il me confiait la gestion des projets dans leur ensemble. Je dirigeais des professionnels avec plus d’expérience terrain que moi.
Cela s’est très bien passé car dans notre milieu, la confiance et le respect se gagnent par la preuve de nos capacités techniques. J’ai fait mes armes dans cette première entreprise et en
ma qualité de chef de projets, j’étais le décisionnaire des achats auprès de notre fournisseur Anjou Moules Outillages.
C’est ainsi que mon prédécesseur m’a choisi pour postuler à la reprise de son entreprise familiale. Il a choisi de privilégier ma candidature parmi d’autres, plus alléchantes, car je pense que nous avions la même vision du travail et philosophie d’entreprise.”

Un développement de l’entreprise moderne alliant le respect des valeurs anciennes
La philosophie de l’entreprise s’inscrit dans une démarche de développement au long terme d’Anjou Moules Outillages. A la question d’une éventuelle délocalisation pour maîtriser les coûts face à une concurrence croissante venant de Chine ou de pays européens low cost, Monsieur Misandeau répond en s’exclamant : “Certainement pas ! Je me battrai jusqu’au bout pour le made in France. Dès mon arrivée, j’ai investi dans une machine sur 5 ans. Je vais encore faire des investissements en décembre (machine à soudure laser) et dans le futur proche. La réponse à la concurrence n’est pas de baisser les prix mais de faire toujours mieux et avec de meilleurs délais.
D’ailleurs, je suis aussi en train de travailler sur la mise en place d’un logiciel de gestion des temps. Je conserve les valeurs de mon prédécesseur par conviction et engagement comme lui. Il m’a choisi pour cette différence par rapport aux autres.
Nous avons un rapport saint à l’argent et l’entreprise se porte bien grâce à une bonne maîtrise des dépenses et la confiance de la clientèle.
Avant la reprise, Anjou Moules Outillages, a dû s’adapter à la crise de 2008 et au lieu de fabriquer principalement des moules neufs, elle s’est positionnée sur un marché porteur qui était la réparation des moules. Cela demande énormément de précision. Notre savoir-faire est notre réelle valeur ajoutée.
Pas question d’aller s’exporter ! Tout se passe ici, dans nos locaux avec nos mains, nos cœurs à l’ouvrage et nos têtes à penser. Nous sommes une équipe soudée et
volontaire qui n’a pas peur de relever les manches quand il y a du pain sur la planche. Nous le faisons sans compter les heures parce que nous aimons ce que nous faisons et que nous respectons notre parole ainsi que nos engagements envers nos clients. De plus, la concurrence ne nous fait par peur car nous avons aussi diversifié l’activité en faisant de la mécanique de précision et adressons de très larges marchés.
Je pense qu’il y a suffisamment à faire en France car nous sommes des professionnels de qualité et que nous croyons en notre valeur ajoutée”…
Une poursuite de l’œuvre entreprise chez Anjou Moules Outillages avec les mêmes valeurs, le même respect de l’humain, de l’activité et du made in France que son prédécesseur. Une recette qui porte ses fruits depuis plus de 17 ans !

Fiche signalétique

Sous-traitance industrielle Made in France

amo outillages

ACTIVITÉ PRINCIPALE : Etude et réalisation de moules techniques pour l’injection plastique.
COORDONNÉES : 10 rue des peupliers • Code postal : 49125 • Ville : Tiercé • Pays : FRANCE
Tél. société (siège) : +33 2 41 42 40 42
Site Internet : www.anjou-moules-outillages.com
E-MAIL : contact.amo49@orange.fr
CONTACTS : PDG : M. MISANDEAU.
INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES : Code NAF : 2562 B
ACTIVITÉS : Étude et réalisation de moules techniques pour l’injection plastique • Surmoulages d’inserts • Bi-injection • Modifications, réparations et mise au point de moules et outillages de précision • Réalisation de pièces à façon, pièces unitaires et petites séries.
CAPACITÉS DE PRODUCTION : L’atelier est équipé de 2 centres d’usinage 3 axes CN (à commande numérique), d’une électroérosion CN, d’une électroérosion fil CN, d’une perceuse rapide par électroérosion, de 2 rectifieuses planes, d’une rectifieuse cylindrique, et de plusieurs machines traditionnelles (fraiseuses, perceuses, tours, radiales, etc.).
Nous sommes équipés de moyens informatiques pour l’organisation et la comptabilité (Pack Office, Wincompta, Adventi Paie), d’un logiciel de DAO en bureau d’étude (SolidWorks), de logiciels de CFAO (Conception et Fabrication Assistée par Ordinateur) en atelier (Goelan, Mastercam Topsolid’cam).
MARCHÉS CLIENTS : La clientèle d’AMO est principalement concentrée dans la région des Pays de la Loire. Tous sont fidèles depuis de nombreuses années, voir depuis la création de l’entreprise. Notre clientèle présente l’avantage de couvrir des secteurs d’activités variés : Automobile • Cosmétique • Horlogerie • Nautisme • Médical • Bâtiment • Aéronautique – permettant de pallier les baisses d’activité passagères de certains secteurs. Les travaux sur moules d’injection représentent 80 % du CA d’AMO (partagés équitablement entre la réalisation de moules neufs, et les opérations de modification et de maintenance pour le compte d’entreprises de production). Le reste du chiffre d’affaire porte sur la production de pièces de mécanique de précision destinées à divers usages industriels tels outils de découpe, machines spéciales.

Retrouvez la liste de tous nos partenaires de la sous-traitance industrielle Made in France

Retour à la page d’accueil